Skip to content

«J’avais pas assez de likes sur mes statuts Facebook, donc j’ai écrit un article dans le journal étudiant»

credit / Tumblr / edit: Laura Kamugisha
credit / Tumblr / edit: Laura Kamugisha

Donald Trump est le 45e président des États-Unis d’Amérique, les Américains chialent et je suis jalouse quand je ne devrais pas l’être. Je veux dire, avec mon assurance-maladie gratuite, mes frais de scolarité abordables et Justin Trudeau de mon côté de la frontière, je ne devrais rien envier à nos voisins du sud. C’est juste que mes statuts Facebook inutiles mais intelligents ont moins de likes depuis et que ça me donne vraiment envie de me plaindre. Je pourrais me plaindre des nids-de-poule qui sont en résidence permanente dans les rues de Montréal ou tout simplement de la durée interminable des rénovations de la station Berri-UQAM, mais j’ai décidé de parler de sujets qui sont plus près du cœur de tous, soit tout ce qui concerne notre beau Collège de Maisonneuve. En plus, j’ai été gentille et je t’ai fait une liste. La voici :

MA LISTE DE CHIALAGE GRATI$

  1. Les embouteillages devant les escaliers menant au 3e  à la fin de la pause commune.
  2. (pour rester dans le thème) Les gens qui ne comprennent pas le principe des escaliers roulants et qui s’arrêtent sur la voie de gauche.
  3. Vivre dans la crainte et l’angoisse à l’idée que l’entrée Bourbonnière peut fermer à n’importe quel moment.
  4. Les cours au 6e étage.
  5. Avoir un cours dans l’aile E sans avoir de veste.
  6. Ne pas pouvoir se nourrir convenablement avec seulement 5$.
  7. La file interminable chez Fusion Express.
  8. Le Wi-Fi qui ne fonctionne jamais quand t’en as vraiment besoin.
  9. Le fait que la seule imprimante qui faisait du recto-verso automatiquement ait rendu l’âme (r.i.p, je t’aimerai toujours).
  10. «Votre côte R a été recalculée».

En bonus :

  1. La pente à 58.7° de la rue Nicolet (celle du côté de la Station Joliette).

Je ne sais pas pour toi, mais je me sens nettement mieux.

Psst, si toi aussi tu penses que tes talents d’écrivain.e au temps du numérique ne sont pas assez appréciés (par exemple, tes statuts n’ont pas assez de likes), tu peux toujours venir écrire pour le journal.

Par Laura Kamugisha