Skip to content

Une projection de talents

Vy Tran Nguyen, Sabrina Cyr-Vidal et Carolina Lopez

Le 11 février 2017, à la salle Sylvain-Lelièvre, a eu lieu la finale locale du très attendu concours Cégeps en spectacle. Qu’est-ce que Cégeps en spectacle? En bref, c’est un concours de talent qui se déroule en trois étapes : la finale locale, la finale régionale et la finale nationale. Quels sont les buts de ce spectacle? Ses objectifs sont de promouvoir les arts de la scène, promouvoir la langue française et offrir la possibilité aux étudiants d’entrer en contact avec les différents métiers de la scène. La salle n’était pas remplie au complet, mais tout au long du spectacle, le public était très enthousiaste. Cette année, le thème du spectacle était le cinéma. Personnellement, je n’ai pas vraiment ressenti ce thème dans tous les numéros. Par contre, entre les numéros, des courts métrages —certains vraiment intéressants, d’autres plutôt … abstraits— réalisés par les étudiants du collège étaient présentés. Par exemple, l’une de ces vidéos, Jus de légume, mettait en scène des légumes dans un mini film d’horreur. Quelle ingénieuse façon de faire patienter le public!

Le spectacle a commencé sur une belle note avec un remix de trois chansons (La bohème de Charles Aznavour, Je veux par Zaz et Parce qu’on vient de loin par Corneille) interprété par Fadia Maya Louncini et Flavie Joanne Nikébié. À travers leurs accords de guitare et leurs voies délicates, on ressentait le thème du bonheur. Elles ont terminé leur numéro par J’espère qu’on ne s’oubliera pas, une composition originale écrite à l’origine pour un projet scolaire.

Fadia Maya Louncini et Flavie Joanne Nikébié

Par la suite, vêtue de son costume, Delphine Beauchamp nous a interprété au piano le Concerto de Québec d’André Mathieu sans une fausse note. Sa concentration et son incroyable dextérité lui ont mérité une salve d’applaudissements et la seconde place du concours.

2e prix – Delphine Beauchamp

Pour beaucoup, ce concours était l’occasion de partager une expérience vécue à travers la composition, comme pour Laura Kamugisha et sa chanson Les caresses de tes phalanges. Malgré la tristesse de la chanson, on pouvait discerner la charmante personnalité de l’artiste lors de son interprétation. Ce fut aussi le cas de Gabriel Poirier-Lemoine, le grand gagnant du concours. Cet Abitibien nous a interprété Mon antre de glace et La peur du noir. Il avait composé cette dernière chanson pendant une panne d’électricité, avec son téléphone comme seule source de lumière. Nous avons vraiment pu ressentir ses sentiments à travers sa musique et il nous a prouvé que, mis à part de l’inspiration, du papier et un crayon, il ne faut pas grand-chose pour composer une bonne chanson.

Laura Kamugisha

Lysa Belaïcha “MC Lisa” a débuté sa performance par un numéro très touchant inspiré de Speak White de Michèle Lalonde. Accompagnée de photos déchirantes, elle a rappé. C’était loin d’être parfait, mais ses paroles ont touché le public. Certains candidats ont eu le courage d’interpréter des chansons vocalement très difficiles. Carine Tran, par exemple, a impressionné le public en interprétant Je t’aime de Lara Fabian.

Je ne pourrais pas rédiger cette critique sans mentionner le numéro de l’abominable minable (Eh oui, c’est réellement son nom de scène!). Il s’est certainement démarqué par son originalité. Honnêtement, je n’ai pas compris le quart de ses paroles parce qu’il chantait très vite. Son numéro était un genre de folklore québécois?! Il s’est démarqué des autres par sa personnalité sympathique et sa capacité de chanter en alternant guitare et harmonica. Qui a dit qu’on ne pouvait pas faire plusieurs choses en même temps?

Abominable minable

Ne vous trompez pas, il n’y a pas seulement eu des numéros de musique! Il y a aussi eu de la danse, de la création de cirque et de l’humour. L’un de ces numéros non musicaux qui a su chercher le public est celui de Youcef Arbaoui. Sur un ton léger et humoristique, il a parlé notamment de l’Algérie, de son père et du soccer. Son franglais en a fait rire plusieurs. C’est probablement le candidat qui a eu la plus grande présence sur scène. C’est sans doute cela qui lui a mérité la troisième place.

Pour être claire, je ne fais pas de la publicité pour Cégeps en spectacle. Dans la vie, rien n’est parfait, et oui, il y avait des défauts. Le spectacle était trop long à mon goût malgré la tonne de bons artistes. Il y avait souvent trop d’éclairages. Il y avait aussi beaucoup trop de chansons parlant de chagrin amoureux. Le cégep, c’est déjà assez triste comme cela! Certains numéros étaient, disons… moins marquants que d’autres. J’étais hésitante à venir au début, mais je peux maintenant dire sans hésitation que je n’ai pas été déçue parce que globalement, c’était vraiment bon. Plusieurs n’ont pas été d’accord avec le choix des juges, mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas un choix facile et que le talent lui-même n’est pas suffisant, il faut aussi savoir être mémorable. Cela peut sembler contradictoire, mais après tout, ils sont tous des gagnants. Vous êtes probablement en train de lever les yeux en l’air, mais pensez-y un peu, ils ont eu le courage de monter sur scène, de partager leurs talents et ont ainsi gagné de l’expérience pour leur future carrière d’artiste.

Donnons aussi une mention spéciale aux nombreux animateurs, techniciens, organisateurs et juges du concours. Tellement de gens ont travaillé fort pour réaliser ce spectacle dans notre cégep. Sacrifier une soirée pour encourager vos pairs, ça en vaut vraiment la peine. Au plaisir de vous y voir l’année prochaine!

Note : Le gagnant de la finale locale, Gabriel Poirier-Lemoine, prendra part à la finale régionale de Montréal au Collège Jean-Eudes le 18 mars à 19h30. Les billets coûtent 12$ à la porte. Venez l’encourager!

Photo prises par le Club Photo de Maisonneuve